Un petit tour du côté des arts graphiques !

Publié le par blog musee agen

Le musée d’Agen possède une importante collection d’arts graphiques (dessins ou estampes), pour la plupart rangées dans de grands meubles à plans, et bien conditionnées dans des pochettes de papier neutre (sans acide) à l’abri de la poussière et de la lumière

Mais certaines œuvres particulièrement fragiles ou en mauvais état, qu’elles soient encore dans leurs cadres d’origine  ou non ont été confiées aux mains expertes de Michel Cailleteau et Blandine Durocher, restaurateurs spécialisés en arts graphiques afin de préparer leur conditionnement et leur transport vers les nouvelles réserves. 


Blandine Durocher retire délicatement au scalpel les anciennes bandes de papier du cadre, dont le papier est complètement "cuit", cassant et lacunaire. Il sera remplacé par de nouvelles bandes toutes propres et solides.



deme-5466.jpgAprès avoir nettoyé le dessin et son cadre, Michel Cailleteau colle des nouvelles bandes de papier neutre pour rendre l'oeuvre étanche à la poussière.



deme-5472.jpgMichel et Blandine discutent avec Marie-Dominique, le conservateur, sur le choix du nettoyage d'une oeuvre. Faut-il la décadrer ou non ? Pousser le nettoyage plus loin ?
Finalement on décidera que oui, car ce pastel figurera dans l'exposition "Les réserves : tout un monde !" en janvier 2008.




deme-5543-copie-1.jpgBoite spécialement réalisée en matériaux neutres pour une gouache sur parchemin du XIXe siècle. Le parchemin est tellement déformé qu'il est impossible de le rendre plan sans l'abimer ; la gouache a d'ailleurs souffert des déformations de son support. Cette oeuvre sera donc conservée telle quelle mais bien protégée. Des encoches de chaque côté d'un plateau rigide sur laquelle elle repose permettent maintenant de la manipuler sans la toucher.





deme-5546.jpgCette très grande gravure sur papier (assemblée en plusieurs morceaux collés) du début du XVIIIe siècle était collée sur une toile tendue sur châssis. La gravure était en partie décollée de sa toile et extrêmement poussiéreuse. Pour la conserver au mieux, on a pris le parti de l'ôter complètement de son support et de la ranger bien à plat dans un emballage sur mesure en carton neutre.



deme-003.jpgCopié d'après une mosaïque de Nérac, un très grand calque du milieu du XIXe siècle, d'une très grande fragilité (le papier est complètement sec et tombe en petits morceaux dès qu'on le manipule) est recollé morceau par morceau et maintenu par des petits "pansements" de papiers fin (les facings).

A la fin de l'opération, le cadre est prêt à être enroulé sur son nouveau rouleau : impossible de le conserver à plat, aucun tiroir ne serait assez grand pour l'accueillir !



restau.-arts-graphiques-027.jpgCatherine emballe soigneusement les oeuvres préparées par les restaurateurs pour le transport et note toutes les oeuvres qui sortent des réserves. Ces informations seront ensuite reportées dans la banque de données informatisée et permettront de vérifier que rien n'a été oublié avant le "grand départ" !




restau.-arts-graphiques-031.jpgUn très long dessin d'architecture aquarellé (plus de 2m de long !) cassé, déchiré, mal plié et sale est nettoyé à la brosse douce et à la gomme en poudre. Blandine va ensuite recoller les morceaux du puzzle !




restau.-arts-graphiques-020.jpgLes dessins encadrés sous verre sont tous quadrillés d'un scotch spécial bleu (assez peu adhérent pour ne pas laisser de traces lorsqu'on le retire) : si le verre se brisait pendant la manipulation ou le transport, le scotch retiendrait ensemble les fragments de verre et empêcherait qu'ils n'aillent percer, déchirer ou rayer l'oeuvre. Un "truc" à retenir si vous faites voyager vos oeuvres encadrées sous verre !





Commenter cet article

Nini 27/10/2007 22:30

Quel beau travail,
immense Merci @ tous

Gradiva 27/10/2007 10:44

Ce travail de restauration est tout à fait passionnant ! Que de richesses dans ces "réserves" !